Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
E-Classroom

E-Classroom

Plateforme de cours gratuits à partir du BAC - Vous avez un blog éducatif ? contactez moi pour rejoindre la communauté et avoir une meilleure visibilité (soumis à validation selon des critères de qualité).

Les facteurs de la croissance

La dynamique de  croissance repose sur plusieurs déterminants économiques. L'analyse des facteurs de croissance permet de distinguer et de mesurer les contributions du facteur travail et du facteur capital.

Le progrès technique joue un rôle essentiel dans la croissance car il pérennise. Il résulte principalement de l'investissement dans l'innovation et la formation.

Les facteurs économiques

  • Le facteur travail
  • Le facteur capital
  • Les autres facteurs

La combinaison des facteurs de production

  • La croissance extensive
  • La croissance intensive

La productivité

Le progrès technique et la croissance

  • Le rôle du progrès technique
  • Les formes d'innovation

Les investissements

  • La relation entre investissement et croissance
  • Les incitations à investir

 

LES FACTEURS ECONOMIQUES

 

La croissance économique corresponds à l'augmentation de la production. Or la production résulte de l'utilisation et de la combinaison la plus efficace possible des facteurs capital et travail.

 

Le facteur travail

Le facteur travail désigne l'ensemble des activités humaines manuelles ou intellectuelles permettant la production de biens et/ou services. Le travail se réalise au sein d'une organisation et ouvre droit au versement d'une rémunération. La taille de la population active et son taux d'activité déterminent la quantité de travail disponible pour alimenter la croissance. Sur le plan qualitatif, plus la qualification professionnelle des individus est élevée plus la croissance sera favorisée.

 

Le facteur capital

Le facteur capital correspond à l'augmentation aux biens nécessaires à la production. On distingue le capital technique, qui représente l'ensemble des bien nécessaires à la production. Il comprends le capital technique (machines, outillages, bâtiments…) et le capital circulant (matière première, énergie..). Le capital financier représente les ressources financières de l'entreprise. C'est la valeur des capitaux propres de l'entreprise. On distingue également la quantité de capital (fixe + circulant) et la qualité du capital (savoir faire, connaissances technologiques, brevet…).

 

Les autres facteurs

L'État, en intervenant dans l'économie (nationalisation, régularisation des marchés, contrôles des prix, construction d'infrastructures…) influence fortement la croissance de la nation. L'État peut aussi être un frein s'il bloque l'initiative privée ou fait de mauvais choix d'allocation de ressources (budget).

Les facteurs juridiques précisent les règles qui favorisent l'initiative, autorisent ou limitent la propriété privée des moyens de production.

De plus, selon les mentalité, les sociétés sont plus ou moins tournées vers le progrès et la modernité.

La religion peut aussi jouer un grand rôle en tant que facteur d'accélération ou de frein à la croissance.

 

LA COMBINAISON DES FACTEURS DE PRODUCTION

 

La croissance économique s'obtient à travers l'augmentation de la production. Pour répondre à l'objectif de produire au moindre coût, l'entreprise a pour ambition de réaliser la meilleure combinaison productive du facteur travail et du facteur capital. A ce titre, deux types de croissance se distinguent.

 

La croissance extensive

La croissance extensive La croissance extensive est la part de la croissance économique qui découle d'une augmentation des facteurs de production au sein de l'économie. Il s'agit d'augmenter la masse de production par un investissement dans le capital productif et dans l'augmentation du facteur travail.

Elle permet d'employer la main-d'œuvre disponible, mais elle n'augmente pas fortement le niveau de vie puisque chaque individu est limité par la quantité de production qu'il peut fournir.

Exemple : Lorsqu'un agriculteur veut augmenter sa production, il peut acheter de nouvelles terres et embaucher des ouvriers agricoles. Son mode de croissance est extensif car il choisit d'augmenter les facteurs de production utilisés.

 

La croissance intensive

La croissance intensive correspond à l'augmentation de la productivité du travail et du capital et à l'amélioration de la combinaison entre ces deux facteurs. Elle est plus pérenne que la croissance extensive. Ce mode de croissance est à privilégier car en augmentant la productivité par travailleur, elle contribue à l'augmentation du niveau de vie.

Exemple : Si le même agriculteurs choisit d'utiliser plus d'engrais et de machines, il opte pour une croissance intensive (de cette patate par exemple et il y aura beaucoup à manger alors il est content).

 

Le rythme de la croissance ne peut être poursuivi durablement qu'à la condition :

  • d'introduire du progrès technique,
  • d'apporter des innovation à l'origine d'un mouvement de déstructuration-création,
  • de réunir un certain nombre de conditions institutionnelles (fonctionnement des marchés, crédits).

LA PRODUCTIVITÉ

 

La productivité correspond au rapport entre la quantité produite d'un bien ou d'un service et la quantité de facteur nécessaire pour cette production. La productivité permet de mesurer l'efficacité de la production. Généralement, elle se mesure de la manière suivante :

Les gains de productivité peuvent avoir pour origine, outre le progrès technique, une organisation plus rationnelle du travail ou une élévation de qualification des travailleurs.

Plusieurs facteurs économiques exercent une influence sur la croissance de la productivité : l'investissement et le développement des savoir-faire, l'innovation et la diffusion de la technologie (les TIC), ainsi que le développement des infrastructures publiques.

 

LE PROGRÈS TECHNIQUE ET LA CROISSANCE

 

Le rôle du progrès technique

Le progrès technique représente l'ensemble des innovations qui entraînent une transformation des moyens et des méthodes de production, des produits et des marchés. Il contribue au gains de productivité, avec la mise en place de processus de production innovants. Le progrès se décline souvent par l'accentuation de l'automatisation et le développement des nouvelles technologies de l'information et de la communication.

Le rythme de croissance d'un pays ne peut être poursuivi durablement qu'a la condition d'introduire du progrès technique dans la fonction production.

Joseph Schumpeter a mis en évidence la relation progrès technique-croissance économique. Son analyse l'a conduit a démontrer que les phases d'expansion économique correspondaient à des périodes d'intense innovation. Il s'appuie par exemple sur des innovation majeures tel que le chemin de fer ou l'automobile pour confirmer que ces avancées ont joué un rôle d'entrainement sur la croissance économique. Actualisé, ce concept se confirme avec l'apparition d'Internet qui génère l'accroissement de nombreux secteurs d'activités et le développement de multiples innovations.

Les formes d'innovation

  • Innovation de produit : Mise sur la marché de produits complètement nouveaux ou de produits existants partiellement modifiés (Livre numérique, écran plat, nouvelle voiture…),
  • Innovation de procédé : Améliorations relatives aux technologies exploitées pour la production (automatisation de la production),
  • Innovation commerciales : Développement de nouvelles méthodes de promotion, d'animation commerciale, de distribution, de commercialisation (Vente par internet, nouvelles formes de conditionnement…),
  • Innovation organisationnelles : Développement d'une nouvelle organisation de travail, transformation de la structure, des relations avec les partenaires (structure de projet, aplatissement des niveaux de hiérarchies…),
  • Innovation de l'énergie : Exploitation de nouvelles énergies ou matières premières (nouveau combustible pour voiture).

En augmentant la productivité, le progrès technique a permis une hausse du pouvoir d'achat de l'ensemble de la population, et a rendu parallèlement possible la diffusion massive de biens de consommation qui ont améliorer le niveau de vie. Par ailleurs, le progrès technique est générateur de bouleversements sociaux et culturels. Qu'il s'agisse de la révolution industrielle, de l'urbanisation, du développement des outils de communication. Chacun de ces progrès a changé les habitudes et modifié une partie des besoins.

 

LES INVESTISSEMENTS

 

Les investissements sont nécessaires à la croissance. Il faut pour cela disposer d'une épargne forte qui permettra aux banques d'accorder des crédits aux entreprises éprouvant des besoins de financement. La demande doit être solvable pour provoquer une augmentation de la production. La pauvreté ou la fracture sociale peuvent ralentir la croissance.

 

La relation entre investissement et croissance

L'analyse économique démontre que le progrès technique est le résultat d'investissement dans différents domaines :

  • L'éducation et la formation : Accompagner, former, qualifier… La formation du capital humain, contribue à la croissance économique en améliorant le rendement de l'individu au travail.
  • La recherche et le développement (R&D) : Innover, proposer, améliorer… constituent une source essentielle du progrès technique. Cette approche est indispensable pour préserver la compétitivité des entreprise au niveau local et international et remplit une fonction de soutien de l'activité et de la croissance.
  • Les infrastructures : Construire des aéroports, des ports, gérer les axes routiers, les routes fluviales et les voies ferrées constituent un soutien à l'implantation d'entreprise et favorisent les échanges internationaux. Ces investissements sont majoritairement assumés par l'État et les collectivités locales.

 

Les incitations à investir

Les défaillances du marché dans le domaine de l'investissement conduisent les pouvoirs publics à intervenir :

  • Le financement direct pour l'acquisition d'équipement. L'intervention publique est le plus souvent réservée aux entreprises qui présentent un intérêt certain pour le développement économique.
  • Des incitations fiscales pour favoriser la création d'emploi et la formation des salariés. L'une des priorités porte sur l'amélioration de la qualité et de la mobilité de la main-d'œuvre.
  • Une participation directe par la mise en place d'un système portant l'effort de recherche et développement à un niveau nettement plus élevé (aides aux entreprises innovantes, augmentation des budgets des centres publics de recherche…).

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article