Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
E-Classroom

E-Classroom

Plateforme de cours gratuits à partir du BAC - Vous avez un blog éducatif ? contactez moi pour rejoindre la communauté et avoir une meilleure visibilité (soumis à validation selon des critères de qualité).

La place de la monnaie dans les échanges

La circulation des produits et des services entre les entreprises et les particuliers nécessite un moyen d'échange universel, simple et efficace, qui est la monnaie. On peut la définir comme tout moyen de paiement immédiat et accepté par une communauté. L'utilité de la monnaie est triple. C'est d'abord un instrument de circulation des biens car elle permet la transaction, l'achat et la vente. Instrument de réserve de pouvoir d'achat, elle permet de différer son usage par la méthode de l'épargne financière. Enfin, en tant qu'instrument de mesure, elle permet d'évaluer l'ensemble des biens et d'en fixer le prix.

La place de la monnaie dans les échanges

La définition de la monnaie

  • La monnaie fiduciaire
  • La monnaie scripturale
  • La monnaie au sens large

Les fonctions de la monnaie

  • L'unité de compte
  • L'intermédiaire des échanges
  • La réserve de valeur

Les qualités de la monnaie

  • La confiance
  • La stabilité de la monnaie
  • L'absence de cout et de risque dans les transactions

 

LA DÉFINITION DE LA MONNAIE

La monnaie est représentée par les actifs liquides nécessaires à la réalisation de l’échange. Elle permet à son possesseur d’obtenir un bien ou un service. Elle se décline sous deux formes complémentaires :

 

La monnaie fiduciaire

La monnaie fiduciaire regroupe les billets de banque et les pièces qui ont cours légal : ils sont acceptés en vertu de la loi.

La place de la monnaie dans les échanges

Les pièces seules sont appelées "monnaie divisionnaire". Il ne faut pas confondre monnaie divisionnaire (les pièces actuelles) et la monnaie métallique qui correspondait autrefois à des unités ayant un poids et une valeur en métal précieux (or, argent).

 

La monnaie scripturale

La monnaie scripturale est constituée d'écriture comptable. (débit ou crédits des comptes bancaire).

Sa circulation s'effectue à l'aide d'instruments de paiement qui sont les chèques, effets de commerce (lettre de change), carte de paiement (classique, accréditives, privatives), mandats, virements, prélèvements automatiques et titres interbancaires de paiement (TIP).

Il ne faut pas confondre la monnaie scriptural (les avoirs sur les comptes à vue) et les moyens qui permettent de la mouvementer : chèques, cartes bancaires, effets de commerce... C'est instruments ne sont pas en aux-même de la monnaie et n'ont pas de cours légal. C'est la raison pour laquelle les commerçants peuvent refuser le paiement par chèque ou par carte bleu.

La place de la monnaie dans les échanges

L’augmentation des échanges et le développement significatif de la monnaie scripturale conduit à une dématérialisation de la monnaie notamment grâce aux nouvelles technologies. En effet, la monnaie divisionnaire et fiduciaire tend à diminuer dans les échanges économiques. Le développement du porte monnaie électronique et l’accentuation des virements et prélèvement confirment ce phénomène.

 

La monnaie au sens large

Certains actifs sont rapidement transformable en liquidité bien qu'il ne permettent pas de régler directement une transaction. On les assimile à de la monnaie. C'est le cas notamment des livret d'épargne, des dépôts à terme d'une durée inférieure à 2 ans, des titres de placement facilement négociable.

 

LES FONCTIONS DE LA MONNAIE

L'unité de compte

La monnaie permet de compter, d'exprimer la valeur des bien.

 

L'intermédiaire des échanges

La monnaie est un intermédiaire. Elle est le moyen de transaction essentielle qui uniformise le système d’échange. Elle est communément acceptée et permet l’acquisition de biens et services finaux.

La monnaie est communément acceptée. Étant acceptée en paiement ou pour éteindre une dette, elle fluidifie l'échange et évite l système du troc.

Dans l'antiquité, des métaux précieux ou d'autres objets (coquillages, bestiaux...) ont joué ce rôle. La monnaie métallique (qui à le poids en métal précieux) a ensuite rempli cette fonction. Aujourd'hui, l'acceptation de la monnaie est basée sur la loi.

 

La réserve de valeur

La monnaie peut se conserver et constituer une réserve de valeur utilisable à n’importe quel moment dans le temps. Ainsi, son détenteur peut reporter ses achats à plus tard ; cette fonction est liée à la stabilité des prix, car une forte inflation provoque un changement de niveau de valeur des produits et diminue la capacité d’achat correspondant à la réserve d’argent.

 

LES QUALITÉS DE LA MONNAIE

Pour que la monnaie puisse jouer son rôle d’intermédiaire dans les échanges opérés, elle doit réunir un ensemble de qualités. Ces conditions réunies assurent l’équilibre des transactions :

 

La confiance

La confiance est la qualité première d'une monnaie. Ainsi, les pièces et les billets n'ont pas de valeur qui leurs sont propres : leur acceptation repose sur la confiance. Le terme "fiduciaire" vient du latin fiducia, la confiance. La monnaie scripturale repose, quand à elle, sur la confiance des déposants envers les banques qui gèrent leurs dépôts.

  • Confiance dans la monnaie fiduciaire lors des échanges,
  • Confiance dans les établissements bancaires lors des dépôts.

Exemple de la confiance : le commerçant accepte le paiement d’un achat en espèces

 

La stabilité de la monnaie

La stabilité des prix détermine la stabilité de la monnaie, tant du point de vue interne qu'externe.

  • La stabilité interne : maîtrise de l’inflation pour préserver consommation et épargne. La hausse des prix, en diminuant le pouvoir d'achat d'une unité monétaire, fait perdre la confiance des résidents en sa valeur. La perte de confiance provoque le retrait des dépôts bancaire.
  • La stabilité externe : recherche de la valorisation de la monnaie face aux marchés des changes. Vis-à-vis de l'extérieur, une monnaie à faible pouvoir d'achat est moins demandée sur le marché des changes. Elle se déprécie par rapport aux autres devise.

Exemple de stabilité : un ménage maintient son niveau d’épargne qui génère un intérêt supérieur à l’inflation.

 

L'absence de coût et de risque dans les transactions

  • L'absence de coût lié à la transformation : La monnaie doit être convertible en espèces sans coût de transformation pour l'usager.

Exemple : Il n'est pas possible d'acheter un bien directement avec un livret d'épargne, mais l'épargnant peut faire un retrait de son livret sans frais.

  • L'absence de risque lié à la transformation : La transformation d'un placement en liquidité doit aussi être sans risque.

Exemple : Une part dans une SICAV monétaire peut être revendue sans risque à l'institution qui l'a émise, sans passer par le marché.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article