Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
E-Classroom

E-Classroom

Plateforme de cours gratuits à partir du BAC - Vous avez un blog éducatif ? contactez moi pour rejoindre la communauté et avoir une meilleure visibilité (soumis à validation selon des critères de qualité).

La classification des couleurs

Présentation des couleurs primaires, de leurs mélange, des qualifications des couleurs (chaudes/froides, ton, nuance...). découverte du cercle chromatique...

La classification des couleurs, une histoire de mélanges

LES COULEURS PRIMAIRES 

Il existe 3 types de couleurs primaires, toujours au nombre de 3. C’est grâce à elles que toutes les autres couleurs sont créées.

 

a.      Les couleurs RVB

S’il s’agit de la lumière non-naturelle (écran TV, imprimerie, papier couleur…) ca sera la synthèse soustractive utilisant les couleurs dites « RVB » pour : Rouge, Vert, Bleu.

 

La classification des couleurs, une histoire de mélanges

 

Une grande partie du spectre visible peut être représentée par le mélange des trois composantes élémentaires de la lumière colorée (rouge, vert, bleu) dans des proportions et intensités variables. Le chevauchement de ces trois couleurs donne le cyan, le magenta et le jaune.

 

Les couleurs RVB sont appelées des couleurs additives, car vous créez du blanc en ajoutant du rouge, du vert et du bleu, c’est-à-dire que toute la lumière est renvoyée vers l’œil. Les couleurs additives sont utilisées pour l’éclairage, la télévision et les moniteurs. Par exemple, votre moniteur crée de la couleur en émettant de la lumière à travers les luminophores rouges, verts et bleus.

 

b.      Les couleurs CMJN

S’il s’agit de la lumière naturelle (soleil, filtre de couleur, jeux de lumière…), ca sera la synthèse additive utilisant les couleurs dites « CMJN » pour : Cyan, Magenta, Jaune.

 

La classification des couleurs, une histoire de mélanges

 

Alors que, dans le modèle RVB, il faut une source lumineuse pour créer des couleurs, le modèle CMJN repose sur la qualité d’absorption de la lumière de l’encre sur le papier. Quand la lumière blanche atteint des encres translucides, une partie du spectre est absorbé. L’autre partie est réfléchie vers l’œil de l’observateur.

 

En combinant des pigments cyan (C), magenta (M) et jaune (J) purs, on obtiendrait du noir par absorption ou soustraction de toutes les couleurs. Pour cette raison les couleurs sont appelées des couleurs soustractives. L’encre noire (N) ajoutée en appoint permet d’approfondir les noirs. (En anglais, la lettre K pour le noir (Black) est utilisée parce que le noir est la couleur « clé » (Key) de l’enregistrement des autres couleurs et parce que la lettre B (pour Black) est utilisée pour le bleu (Blue).) L’association de ces encres pour reproduire une couleur est appelée l’impression en quadrichromie. 

 

c. Les couleurs RJB

Il existe un 3ème type de couleurs primaires utilisé en peinture et coloration, les couleurs dites « RJB » pour : Rouge, Jaune, Bleu.

 

La classification des couleurs, une histoire de mélanges

LES COULEURS SECONDAIRES

 Nous avons vu qu’il existait 2 types de couleurs primaires : les couleurs soustractives, les couleurs additives et les couleurs dites « peintures ». A chaque type de couleurs primaires correspond ses couleurs secondaires.

Les couleurs secondaires se créées en mélangeant 2 couleurs primaires seulement.

 

a.      Les couleurs « peintures »

Dans la pratique, nous utilisons tous la couleur dites « peinture »

 

La classification des couleurs, une histoire de mélanges

 

Rouge + bleu = violet

Rouge + jaune = orange

Bleu + Jaune = vert

 

Les couleurs secondaires sont donc le violet, le jaune et le vert. Si toutes les couleurs sont mélangées, on obtiendra : du noir.

 

b. Les couleurs additives

(rappel = lumière naturelle, ce que l’œil perçoit naturellement)

 

La classification des couleurs, une histoire de mélanges

 

Magenta + cyan = Bleu

Magenta + Jaune = Rouge

Cyan + jaune = Vert

 

Les couleurs secondaires sont le bleu, le rouge et le vert. Ici, les couleurs secondaires sont les couleurs primaires soustractives. Si toutes les couleurs sont mélangées, on obtiendra : du blanc !

 

c.       Les couleurs soustractive

(rappel = lumière non-naturelle, lumière « fabriquée »)

 

La classification des couleurs, une histoire de mélanges

 

Rouge + bleu = Magenta

Rouge + vert = Jaune

Bleu + Vert = Cyan

 

Les couleurs secondaires sont donc le magenta, le jaune et le cyan. Ces couleurs secondaires sont les couleurs primaires additives. Si toutes les couleurs sont mélangées, on obtiendra : du noir.

COULEURS TERTIAIRES OU INTERMEDIAIRES

 Alors que les couleurs secondaires sont créées par un mélange de 2 couleurs primaires, les couleurs tertiaires sont crées par un mélange de : 1 couleur primaire + 1 couleur secondaire.

 

Les couleurs dites « peinture »

La classification des couleurs, une histoire de mélanges

 

Rouge + orange = Vermillon / Ecarlate / Capucine

Jaune + orange = Ocre / Doré / Safran

Vert + jaune = Vert chartreuse / Soufre / Vert pomme

Bleu + vert = Turquoise

Bleu + violet = Indigo / Campanule

Rouge + violet = Pourpre

 

Les couleurs tertiaires sont au nombre de 6 : vermillon, ocre, vert clair, turquoise, indigo, pourpre. A savoir que le marron/gris se créé en associant une couleur primaire + une couleur secondaire opposé :

Bleu + orange OU Jaune + violet OU Rouge + vert

De tout ça en résulte un cercle chromatique des 12 couleurs (primaire + secondaire + tertiaire), une palette de couleur de base pour tout coloriste, qui permet de définir rapidement certains critères de couleurs essentiel comme : les couleurs complémentaires, les tons chaud/froid…

LE CERCLE CHROMATIQUE 

Le cercle chromatique est une représentation conventionnelle de toutes les couleurs : on pose d’abord en rayon sur la surface du cercle les couleurs primaires puis entre elles les couleurs secondaires, et entre les couleurs primaires et les secondaires, les couleurs intermédiaires.

 

La classification des couleurs, une histoire de mélanges

 

 

LES COULEURS COMPLÉMENTAIRES 

La complémentaire d'une couleur secondaire est la troisième couleur primaire n'ayant pas servi à sa création. Par exemple, l'orange, obtenu par le mélange de jaune et de rouge, est la complémentaire d'une couleur intermédiaire entre le cyan et le bleu. (Jaune et magenta pour les coloristes complémentaire du bleu).

Elles sont utilisées notamment pour obtenir les tons ombrés des objets sans addition de noir par l'ajout d'une « pointe » (petite quantité) de la couleur complémentaire à la couleur fondamentale.

 

La classification des couleurs, une histoire de mélanges

 

Détermination d'une complémentaire par méthode visuelle 

Il est facile de déterminer une couleur complémentaire en utilisant la propriété de rémanence des cônes de l'œil. Il suffit pour cela de placer sur une surface blanche, la couleur dont on veut déterminer la complémentaire, de la fixer pendant une certaine durée, puis de la retirer. On voit alors apparaître sur la surface blanche la couleur complémentaire.

L'association de couleurs complémentaire est régulièrement utilisée par les peintres, graphistes et designers pour jouer sur leur combinaison forte et leur esthétique. Dans la création des logotypes par exemple, il n'est pas rare de voir l'utilisation de couleurs complémentaires (comme le logo rouge et vert de la chaîne d'hôtels Ibis, l'enseigne bleue et orange des magasins E.Leclerc ou encore le logo jaune et violet des Lakers de Los Angeles).

 

LES COULEURS CHAUDE ET FROIDE 

Couleurs chaudes et froides sont des termes génériques qui se réfèrent aux couleurs aux nuances tirant respectivement vers le rouge ou vers le bleu.

La distinction entre les couleurs "chaudes" ou "froides" a pris de l'importance au moins depuis la fin du XVIIIe siècle. On n'en tient généralement pas compte dans la science moderne ni dans la colorimétrie en peinture, mais elle est toujours utilisée en pratique dans le design.

Ce contraste, d'après ce qu'on peut retracer à partir de l'Oxford English Dictionary, semble lié à la différence de luminosité observée sur les paysages selon le temps, différence entre les couleurs "chaudes" associées à la lumière du jour ou au crépuscule. Ainsi les couleurs chaudes sont considérées comme les nuances entre le rouge et le jaune, marrons et roux inclus. 

La classification des couleurs, une histoire de mélanges

Les couleurs "froides" associées à une journée grise ou couverte. Elles sont considérées comme les nuances allant du bleu-vert à l'indigo, gris ne tirant pas sur le brun incluses.

 

La classification des couleurs, une histoire de mélanges

Les couleurs chaudes ont tendance à mettre en valeur ou rendre les peintures plus attirantes à l'œil, tandis que les couleurs froides ont tendance à les estomper ; utilisées en décoration d'intérieur, on dit que les couleurs chaudes réveillent et stimulent l'observateur (ce qui les rend particulièrement propres à colorer une salle à manger où on dit qu'elles stimulent la digestion), tandis que les couleurs froides le calment et l'apaisent (ce qui les réserve plutôt pour les chambres où on dit qu'elles aident à s'endormir).

 

LES AUTRES QUALITES DE COULEURS (modèle TLS)

Fondé sur la perception des couleurs par l’œil humain, le modèle TSL décrit trois caractéristiques colorimétriques fondamentales :  

Teinte : Couleur réfléchie ou transmise par un objet. Elle correspond à un emplacement sur la roue chromatique standard, exprimé en degrés (entre 0 et 360). Concrètement, il s’agit de la couleur proprement dite de l’objet : rouge, orange ou vert, par exemple.  

Saturation : Intensité ou pureté de la couleur (parfois appelée chromie). Elle correspond à la quantité de gris contenu dans une teinte, exprimée sous la forme d’un pourcentage compris entre 0 (gris) et 100 (saturation totale). Sur la roue chromatique standard, la saturation augmente du centre vers la périphérie.  

Luminosité : Variation d’intensité lumineuse de la couleur, généralement exprimée sous la forme d’un pourcentage compris entre 0 (noir) et 100 (blanc). 

 

La classification des couleurs, une histoire de mélanges

 Modèle de couleur TSL

H. Teinte / S. Saturation / B. Luminosité

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article