Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
E-Classroom

E-Classroom

Plateforme de cours gratuits à partir du BAC - Vous avez un blog éducatif ? contactez moi pour rejoindre la communauté et avoir une meilleure visibilité (soumis à validation selon des critères de qualité).

Comment analyser un visuel (méthode détaillée)

SOMMAIRE

Définir le type de l’image

  • L’image d’art
  • L’image publicitaire
  • Le dessin humoristique, la BD

Vocabulaire

Quel rôle a l’image ?

Sont utilisation ?

  • Fonction illustratrice
  • Fonctions de "faire connaître"

La rhétorique de l’image

Enumérer les éléments techniques

Les éléments plastiques

  • Choix du cadrage
  • Choix de l’échelle des plans
  • Choix de l’angle de prise de vue
  • Choix de l’éclairage
  • Choix de la composition

Eléments rhétoriques et figures de style

Quel est le choix des éléments narratifs

Images et textes

La jaquette d’un livre

L’affiche de cinéma

L’image publicitaire

La BD et le cinéma

Exemple d’analyse

L’affiche de film : Titanic

    Analyser l'image

     

    Définir le type de l’image

    L’image d’art : Elle est esthétique, fait donc référence au beautouche la sensibilité et possède une valeur plastique. Celle-ci est inévitablement subjective et correspond à l’image mentale de l’artiste. Enfin, elle s’appuie sur des techniques.

    L’image publicitaire : Elle possède une double intention

    •  Séduire, par la qualité esthétique de sa réalisation.
    •  Influencer.

    Le dessin humoristique, la BD : Ce type d’image cache souvent une conception, une profondeur assez lourde de sens tout en possédant un aspect ludique.

     

    Vocabulaire

    Le code : Ensemble organisé de signes qui font correspondre un signifiant à un signifié. Les signe doivent être distincts les uns des autres.

    La connotation : l'ensemble des éléments de sens qui peuvent s'ajouter à ce sens littéral. il recouvre tous les sens indirects, subjectifs, culturels, implicites et autres qui font que le sens d'un signe se réduit rarement à ce sens littéral.

    La dénotation : sens littéral d'un terme, que l'on peut définir (et trouver dans le dictionnaire).

    Gestaltisme (de l'allemand, Gestaltpsychologie) : La psychologie de la forme. Théorisée par Christian Von Ehrenfels en 1890. Dans l'acte de perception nous ne faisons pas que juxtaposer une foule de détails, mais nous percevons des formes

    La polysémie : qualité d'un mot ou d'une expression qui a deux, voire plusieurs, sens différents (on le qualifie de polysémique).

    Référent : l’univers réel que l’on connaît dans le signifiant. Le référent iconique renvoie à une catégorie du réel. Il est culturel ou familial.

    Rhétorique : vise à persuader un auditoire sur les sujets les plus divers. Elle a progressivement laissé place à un art de bien dire plutôt qu’un art de persuader, se restreignant à un inventaire de figures relevant des ornements du discours.

    La sémiotique visuelle : étudie des objets de signification se manifestant sur le canal visuel, l'icône visuelle. Elle étudie ces phénomènes comme autant de langages.

    Signe : ce qui compose l’image, pictogramme.

    Le signifiant : association de lettres formant des sons. C’est, en quelque sorte, le contenant.

    Le signifié : est le sens, la définition du signe. C’est le contenu.

    Signifiant Extra iconique : ce qui est mis dans l’image : objets, personnages, lieux, … qui ont une existence réelle mais sont récupérés ou associés.

     

    Quel rôle a l’image ?

    •  Illustrer
    •  Raconter
    •  Expliquer
    •  Contredire/Confirmer
    •  "Prouver"
    •  Inciter
    •  Exprimer

     

    Sont utilisation ?

    Fonction illustratrice :

    •  BD : moyen d’expression et mode d’illustration, contient également des éléments narratifs (rapport texte/image).
    •  CARTE POSTALE fonction d’illustration et d’ornementation, elle diffuse un message (autrefois humoristique, aujourd’hui touristique).
    •  DESSIN DE PRESSE référence à un événement, donne la tonalité du journal, peut se permettre plus que les mots (la censure est moins forte et le dessinateur peut de ce fait laisser libre cour à la critique).
    •  GRAVURE : satire d’un personnage ou d’un événement, image sociologique.
    •  LOGOS : codes qui rassemblent plusieurs signes. Image de l’entreprise.
    •  MONNAIE : gravure, codes, pictogrammes. Emploi symbolique de l’image.
    •  PLANS, DESSINS TECHNIQUE, CARTES lecture linéaire.

     

    Fonctions de "faire connaître" :

    •  AFFICHE : fonction de propagande.
    •  PHOTOGRAPHIE : de reportage, de presse, de synthèse (créée par ordinateur), numérique (modifiée par ordinateur), composite (photo avec projection de lumière).
    •  PUBLICITE : informe, communique, promeut un produit.

    La rhétorique de l’image

     

    Il ne faut pas bavarder sur l’image mais lister les codes iconiques (intrinsèques : couleurs, lignes, éclairage, etc. et extra iconiques (objets, personnages, paysages, etc.).

     

    Enumérer les éléments techniques

    •  COULEURS ou N&B : apportent un élément d’information.
    •  ECLAIRAGE : peut donner sens artistique ou informatif.
    •  MOMENT : instant important car traduit un message, peut être associé à un symbole.
    •  VITESSE : elle détermine l’importance des plans. C’est la nuance entre flou/net, profondeur de champ (si la vitesse est grande, tous les plans sont nets : instantanée). But : créer une ambiance, une atmosphère.
    •  OBJECTIF : zoom ou pas. Vue normale : œil humain. Notion de focale (longueur de l’objectif) : focale normale = 50 mm, focale longue = jusqu’à 640 mm, focale courte = 35 mm et moins, également appelée grand angle car élargit et déforme les lignes, focale angle = 360°, fish eye.

     

    Les éléments plastiques

    Choix du cadrage

    Le cadrage correspond au découpage de l’espace dans le réel. On obtient alors différents plans, des hors champ (lorsque le regard du protagoniste est tourné vers l’extérieur).

    Les cadres peuvent s’adapter aux formes : par exemple les cadres n’ont pas toujours été rectangulaires comme dans nos civilisations, à la Renaissance, les artistes préféraient le cadre rond ou ovale.

    Choix de l’échelle des plans

    •  TRES GROS PLAN : le personnage est entièrement détaché du contexte.
    •  GROS PLAN : pour créer un effet dramatique ou montrer un détail (souvent utilisé pour les sciences).
    •  PLAN GENERAL OU D’ENSEMBLE : le personnage se trouve dans son contexte.
    •  PLAN DEMI-ENSEMBLE
    •  PLAN MOYEN : le personnage se détache du contexte.

    Choix de l’angle de prise de vue

    •  CONTRE-PLONGEE
    •  PLONGEE

    Choix de l’éclairage

    Le choix de la lumière donne sa tonalité et son expression à l’image photographique.

    •  CONTRE-JOUR : effet poétique.

    Choix de la composition

    •  COMPOSITION CIRCULAIRE : symbole de la douceur, de la maternité, de la femme.
    •  COMPOSITION TRIANGULAIRE
    •  COMPOSITION SYMETRIQUE
    •  LIGNES PERPENDICULAIRES
    •  LIGNES DE FUITES/OBLIQUES : l’œil est amené à un seul point.
    •  LIGNES PARALLELES

     

    Eléments rhétoriques et figures de style

    •  METAPHORE : symbole, un objet en représente un autre (la rose pour la femme).
    •  SYNECDOQUE : partie qui représente le tout (la voile pour le bateau).
    •  THESE/ANTITHESE : opposition (couleur/N&B, raide/souple).
    •  IRONIE : dérision.
    •  ELLIPSE : un objet pour un personnage absent.
    •  SUBSTITUTION : remplacement.
    •  METONYMIE : forme de substitution par contiguïté, le contenant pour le contenu (le verre pour la boisson).
    •  COMPARAISON : le composant et le comparé sont présents dans l’image.
    •  SYMETRIE
    •  REPETITION, ACCUMULATION

    Plusieurs cas de figures peuvent se combiner dans une même image.

     

    Quel est le choix des éléments narratifs

    Ce sont les images qui racontent. Il y a un avant et un après ou un moment (photo de l’instant surtout dans le sport).

    Réduction du sens d’interprétation, de la polysémie (qualité d'un mot ou d'une expression qui a deux, voire plusieurs, sens différents)

    Une image peut ancrer, orienter, contredire, etc. un sens

    • En réduisant le sens d’interprétation d’une image, le message devient alors plus précis. Elle peut se faire :
    •  En ajoutant un texte,
    •  En ajoutant un signe,
    •  En adjoignant texte et signe,
    •  En incorporant d’autres images (effet Koulechov).

    Images et textes

     

    La jaquette d’un livre

    Le choix se fait sur plusieurs critères :

    •  Décoratifs et ornementaux d’une part, afin d’illustrer et d’interpréter le titre visuellement,
    •  D’ambiance d’autre part, afin de recréer l’atmosphère du livre, le climat. Le résultat se traduit par des jeux de couleurs, d’ombres de lumières, etc.,
    •  De vente, commerciaux : accroche visuelle,
    •  De mode : évolution des couvertures (modes d’illustrations), on peut dater un livre grâce à son illustration qui reflète les goûts et mentalités de l’époque en question.

     

    L’affiche de cinéma

    • 1er objectif : séduire

    Elle répond à des critères précis, les affiches sont stéréotypées.

    Postulat : comment séduire les futurs spectateurs ?

    • 2nd objectif : promouvoir

    Postulat : comment susciter l’envie de payer une place, éveiller l’imaginaire ?

     

    L’image publicitaire

    Elle se destine à une cible bien spécifique et vend un produit ou un service. Elle peut également relater un événement ou faire référence à une campagne. Ce type d’affiche publicitaire possède généralement une durée de vie très courte.

    Son contenu :

    Elle mentionne le slogan ainsi que la marque. Le texte est constitué d’une accroche, d’un slogan. Il n’est pas rare de trouver un petitpavé de texte afin d’expliquer ou de présenter un produit. Enfin, le produit lui-même est présenté, ainsi que le logo (sigle), de la marque qui constitue la signature du prestataire.

    Il est nécessaire d’évaluer l’importance de l’image par rapport au texte. La publicité est très souvent monosémique contrairement à d’autres types d’images, dans le but de faciliter la compréhension du message véhiculé par l’affiche.

     

    La BD et le cinéma

    La BD se définit comme une succession de plans (séquence), ainsi que du texte (souvent mais pas nécessairement).

    Les images cinématographiques se définissent pareillement, sauf que ce n’est pas du texte qui est ajouté, mais du son !

    Le BD fait appel aux compétences d’un scénariste, qui va écrire le scénario, et d’un dessinateur, qui exécutera la mise en dessin du scénario. Quelquefois les 2 ne font qu’un.

    2 cas de figure en BD :

    •  images (histoire) > texte = "comics"
    •  texte > images

    Vocabulaire de la BD :

    •  Planche
    •  Strip/bande
    •  N° de planche, n° de page
    •  Vignette/case
    •  Bulle/phylactère
    •  Pictogrammes : servent à exprimer les sentiments, sensations.

    Lorsque les vignettes sont longues, elles peuvent exprimer une durée, le temps qui se déroule.

    Lorsque les vignettes et plans se précipitent, elles marquent l’action, etc.

     

    Exemple d’analyse

     

    L’affiche de film : Titanic

    Analyser une image 

    Cette affiche de cinéma est très intéressante à commenter car elle suggère beaucoup de choses (vues dans le film).

    Tout d’abord, les lignes de composition sont obliques, on est face à une construction triangulaire ce qui est assez rigide. Le bas de l’affiche est consacré au bateau, le haut au couple.

    Le bateau prend beaucoup plus de place et semble vouloir sortir du cadre (proue en avant). Celle-ci transperce le couple, comme pour suggérer la séparation imminente. On retrouve les couleurs de l’habillement des officiers : noir et blanc. Les hublots suggèrent les galons dorés. Cependant, on note que ces signes sont davantage visibles du côté droit (tribord), étant entendu que lecôté gauche (bâbord) du bateau se trouve dans l’ombre.

    L’affiche répond de ce fait, à une construction thèse/antithèse fondée sur l’opposition entre 1ère et 3ème classerichesse et pauvretésymbolisée par le couple. On note que la femme se place à droite (le côté droit d’une image représente l’avenir, le cercle privilégié, le positif) et que son regard se porte dans la même direction. L’homme, quant à lui, se place à gauche (négatif, régression, passé) et son regard pointe en direction du fond, comme pour traduire la chute, et faire ainsi référence au bateau qui va sombrer.

    Le jeu de lumière vient renforcer l’opposition : un halo de lumière entoure la jeune femme et le tribord tandis qu’un flou efface l’homme et le bâbord. Le couple a l’air de 2 angelots et sont au ciel, on perçoit l’idée de mort.

    Pour récapituler : gauche : homme pauvre/bateau : ombre/négatif - Droite : femme riche/bateau : lumière/positif.

    L’affiche montre bien le clivage entre les 2 classes qui ne pourront se réunir, le bateau, symbole de puissance et de richesse les séparant de façon inévitable.

    Il est intéressant de savoir que les Titans sont un peuple mythique qui a voulu s’opposer aux Dieux grecs en vain. Le nom du bateau n’a donc pas été choisi au hasard. L’ironie du sort a cependant voulu que l’histoire se répète : le monstre marin qui a voulu défier le Dieu de la mer a échoué.

    Partager cet article

    Repost 0

    Commenter cet article